« J’ai mal au dos »

Soyons honnêtes, peu de chevaux ne souffrent pas de problèmes de dos. Ces problèmes souvent invisibles peuvent être révélés dans le comportement du cheval que ce soit lors du travail monté ou bien durant le pansage.

 

horse-2031126_1920

Clémence Lesimple de l’université de Rennes, a porté une étude sur 161 chevaux dans 17 centres équestres français. Il a d’abord été demandé aux dirigeants des structures d’estimer le nombre de leurs chevaux souffrants de problèmes de dos ; 4 à 22% selon eux. Un examen palpatoire et des électromyographies de surface ont été mis en place afin de dresser un bilan de l’état du dos de chaque cheval. Ces examens ont en fait révélé qu’entre 37 et 85% des chevaux souffraient de problèmes de dos, un chiffre bien au-delà des impressions des gérants.

Regardez votre cheval quelques minutes, regardez son dos. Que voyez-vous ? Un axe liant l’avant-main et l’arrière main. Il est l’axe de transmission des forces dans le mouvement.

Pourtant si nous nous penchons plus précisément sur la composition biomécanique du cheval, nous remarquons rapidement que cet axe n’est pas rigide. Il est en effet constitué de vertèbres mais également d’articulations qui s’entourent de muscles et de ligaments. C’est ce qui permet au dos de réaliser des flexions, des extensions et des latéroflexions.

Forts de cette petite remise à niveau, vous comprendrez donc pourquoi un mouvement mal réalisé, un échauffement oublié ou trop court, ou bien même un effort trop violent pourra entraîner des lésions musculaires, ligamentaires, vertébrales et intervertébrales, voire même des fractures. Le matériel utilisé est également à bien vérifier et à prendre en compte dans la prévention des risques liés au dos du cheval, une selle/tapis/couverture mal adaptés seront néfastes pour lui.

Information supplémentaire : l’axe vertébrale du cheval se développe jusqu’à l’âge de 8 ans environ, c’est-à-dire que sa période d’ossification n’est pas terminée jusqu’à cet âge, ce qui laisse à réfléchir sur la prise en compte de notre adaptation du travail jusqu’à cet âge.

Les symptômes liés aux maux de dos sont assez divers et demandent une réelle observation des signaux: votre cheval se défend au travail, il marque des signes d’agressivité au pansage ou au sanglage, la palpation est douloureuse pour lui. Autant de signes qui sauront vous alerter et contacter le professionnel de santé qui le suit.

Afin de prévenir au mieux ces problèmes, vous pouvez mettre en place quelques routines:

  • masser votre cheval avec l’étrille plusieurs minutes au pansage avant l’effort
  • échauffer son cheval au moins 20mn au pas
  • travailler des exercices de latéroflexions ce qui permettra d’étirer les tissus mous
  • vérifier que votre selle soit adaptée au dos de votre cheval
  • masser votre cheval après l’effort avec des crèmes et des dispositifs adaptés pour une récupération optimale

Cet article vous permettra de regarder votre cheval différemment et de mieux adapter votre travail à ses contraintes biomécaniques, son âge et son environnement. Et n’oubliez pas que des problèmes de dorsalgie peuvent également avoir des conséquences sur les membres, le bassin, etc…

Aurélie Martin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s