L’ARTHROSE, UNE AFFAIRE DE VIEUX ?

L’arthrose n’est pas qu’une affaire de vieux chevaux, elle peut d’ailleurs toucher les chevaux de sport dès leur plus jeune âge (aux alentours de 5 ans). C’est une affection évolutive c’est-à-dire qu’elle peut s’intensifier ou s’atténuer au fil du temps (plus rare) sans jamais complètement disparaître. Elle est irréversible.

Arthrose

Qu’est ce que l’arthrose ?

L’arthrose est une dégénérescence du cartilage des articulations.

Reprenons nos cours de biomécanique. L’articulation est la jonction entre deux os et va donc permettre leur mobilité du cheval en mouvements. Au niveau de ces articulations les os sont recouverts de cartilages afin d’éviter leur usure dû aux frottements. Le cartilage est élastique ce qui lui apporte une forte résistance lors de ces frottements à répétition. Toutefois et très logiquement les entraînements à répétition des chevaux vont générer des frottements intenses qui vont finir par dégrader le cartilage. Ainsi le cartilage étant atteint et s’il ne réussit pas à se régénérer à la hauteur de son usure il perd son aspect protecteur.  Ce sont alors directement les matières osseuses qui vont entrer en contact, provoquant douleurs et difficultés dans le mouvement : l’arthrose s’est alors installée.

Arthrose-boulet-copie-1024x463

Les articulations les plus sensibles sont généralement celles des jambes soient jarret, boulet, genou etc.

Quels sont les premiers signes ?  

L’arthrose est douloureuse, elle va provoquer chez le cheval des crises provoquant boiteries et asymétries dans la locomotion. On peut également noter un changement dans le comportement du cheval qui peut avoir tendance à se défendre lorsque l’on sollicite l’articulation douloureuse durant les soins ou le travail. L’arthrose peut également déformer les articulations.

Comment limiter le développement de l’arthrose ?

Le but est de retarder le développement de l’arthrose et de ralentir son développement, mais également de soulager la douleur.

Pour cela il est essentiel d’adapter le travail du cheval à son état et de lui placer une ferrure adaptée selon les articulations touchées. L’adaptation des sols et de l’alimentation est aussi la clé de la maitrise de l’évolution de l’affection.

Bien entendu le suivi vétérinaire est obligatoire afin de déterminer précisément les articulations touchées et le traitement à mettre en place. Toutefois l’arthrose peut être prévenue en amont, soit avant même que le cheval ne soit touché. L’objectif de la prévention est de favoriser la régénération des cartilages et ainsi anticiper leur usure.

Aurélie Martin

Sources: 
http://www.vision-equine.com/arthrose-cheval/
http://www.haras-nationaux.fr/information/accueil-equipaedia/soins-et-prevention/techniques-veterinaires/therapies-en-pathologie-articulaire.html?L=0
https://www.vetostore.com/conseils-cheval/en-savoir-plus-sur-larthrose-chez-le-cheval-6-154.html
Publicités
Cette entrée a été publiée dans SOINS. Bookmarquez ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s