LES TARES MOLLES, LA CONSÉQUENCE VISIBLE D’UN MAL INVISIBLE

Dans le jargon du cavalier elles sont appelées les molettes, les fameuses que chacun redoute, imagine parfois ou ne veut pas voir par peur des conséquences fâcheuses.

lolab-290204_1920

Les molettes relèvent d’une affection chronique nommée tares molles. A vrai dire les molettes est un terme souvent mal utilisé puisqu’elles touchent la zone du boulet et le creux du pâturon. Les tares molles que l’on retrouve au niveau du genou, du grasset et du jarret sont appelés vessigon.

Maintenant que chacun a retrouvé son titre et son rang, allons un peu plus loin. Quelles peuvent être les causes de ces tares molles ?

Les tares molles sont le résultat d’une dilatation des synoviales articulaires ou tendineuses. Le corps du cheval produit du liquide synovial dont le but est de lubrifier les articulations afin d’éviter les frottements des cartilages osseux. Une production excessive de ce liquide peut se former au niveau des articulations ou des tendons et amener à ce phénomène de grosseurs visibles à l’œil nu, les tares molles.

La production en trop grande quantité du liquide synovial vient de l’usure ou l’inflammation de l’articulation/ du tendon touché dont les causes les plus courantes sont dues à un défaut d’aplomb, une maladie, une infection, un traumatisme ou un choc, un travail trop éprouvant ou un mauvais terrain (etc).

Les conséquences sont assez multiples et dépendent du cheval. Certaines tares molles peuvent rester et ne jamais grossir, d’autres au contraire peuvent entraîner une gêne au niveau de la locomotion.

Les tares molles sont en elles-mêmes une conséquence d’un problème, identifier la ou les causes peut très largement réduire les risques. N’hésitez donc pas à surveiller l’alimentation de votre cheval, à travailler sur un sol adapté, à protéger les zones où le cheval pourrait se cogner,…

Un travail plus adapté et mieux préparé peut également être un facteur limitant, ainsi qu’une douche des membres après l’effort et l’utilisation de bandes de repos ou de dispositif de récupération. Dans tous les cas il est important de faire appel à son vétérinaire car les tares molles peuvent être la conséquence d’un problème médical.

Publicités
Cette entrée a été publiée dans SOINS. Bookmarquez ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s