…Jean Baptiste Horiot, cavalier de CSO

Blog Aurélie - Business womanLéontine notre reporter est cette semaine allée à la rencontre de Jean Baptiste Horiot, cavalier de CSO installé au cœur de la Champagne, dans un lieu magnifique de plus de 20 hectares: la Chapelle d’Oze. Un endroit splendide qu’il a souhaité entièrement dédié aux chevaux.

Jean Baptiste débute sa véritable carrière professionnelle à l’âge de 18 ans après avoir obtenu son bac et fait le choix de mettre de côté ses études afin de se consacrer à 100% à l’équitation. Lui qui dit avoir « été aspiré par le cheval » choisit d’installer ses propres écuries à la Chapelle d’Oze il y a 3 ans.  Sa carrière est véritablement lancée à l’âge de 20 ans grâce à sa victoire au Grand Prix CSI* de Fontainebleau en 2010 avec Roxanne des Hayettes, sa jument de cœur qui continue aujourd’hui de lui offrir de belles victoires.  Toutefois Jean Baptiste prépare déjà la relève avec Quassoul de Cerisy et Tea Time du Borget, deux chevaux sur lesquels il peut compter pour les grands rendez-vous.

Entretien avec ce jeune cavalier au pied du fameux pigeonnier de la Chapelle d’Oze.

A quoi ressemble une journée type pour toi et tes chevaux ?

Je commence par monter mes 2 chevaux de tête Roxanne et Tea Time et j’enchaîne généralement avec un jeune. En fin de matinée je fais sauter la cavalière qui est ici pour m’épauler. L’après-midi je monte le reste des chevaux, les jeunes ainsi que les chevaux de propriétaires avant de donner mes cours. La fin de journée est consacrée à l’administratif et bien sûr entre tout ça il y a toujours quelque chose pour s’occuper : des soins à donner, des chevaux à mettre au paddock, etc.

Les chevaux restent le moins possible au box la journée. Ils sont d’abord détendus et échauffés grâce au marcheur avant d’être montés. Ensuite ils passent une partie de l’après-midi au paddock.

Comment gères-tu leur rythme d’entraînements et de compétitions ? As-tu des exercices que tu privilégies ?

Les chevaux de Grand Prix sont généralement sur un rythme de 2 concours d’affilés suivis de 1 à 2 semaines de repos. Les week-ends où ils ne tournent pas, je privilégie les jeunes chevaux que j’emmène en concours afin qu’ils puissent prendre du métier.

Je pense qu’il est important de prendre le temps de marcher et de trotter, de ne pas se précipiter dans le travail. A la maison je travaille beaucoup dans la fraction pour laisser mes chevaux récupérer entre chaque exercice et ne pas les placer dans la contrainte. J’aime bien travailler sur des parcours pour les mettre en situation ainsi une fois en concours « ils se sentent comme dans leur jardin ». Les lignes vont permettre de travailler leur façon d’utiliser leur corps. « Tous les chevaux ont un talent » il faut qu’ils arrivent à le gérer et à gagner en confiance. « Du moment qu’ils ont du respect, un bon mental et des moyens on peut arriver à faire beaucoup de choses en arrangeant les petits défauts ».

Quelles sortes de difficultés physiques peux-tu rencontrer chez tes chevaux ?

La tendinite est malheureusement le fléau classique et apparaît généralement avec l’engagement sur des niveaux plus élevés. L’enchaînement des concours, les efforts répétés et la rigueur du travail exigée peuvent les fragiliser. Musculairement nous mettons en place toute une gestion et misons sur un échauffement complet. Des problèmes que l’on ne voit pas sur 1m30 vont être flagrants sur 1m45. Il faut être attentif et vigilant pour les prévenir au mieux. Chez les chevaux les plus vieux, la raideur est la problématique principale.

Comment appréhendes-tu la récupération de tes chevaux pour justement diminuer ces risques physiques ?

Les chevaux sont assez raides et fatigués après une compétition, c’est pourquoi pendant plusieurs jours ils partent en balade et/ ou en trotting et ont un travail léger sur le plat avec des exercices de stretching. On fait également en sorte de pouvoir les emmener marcher dans la rivière.

En termes de soins, on utilise des électrolytes de dissolution énergisante, des bandes, de l’eau blanche et de l’argile. Une totale confiance est accordée à nos vétérinaires qui connaissent parfaitement chacun des chevaux et la gestion de leurs efforts.

Tes installations sont modernes, on sent un réel effort d’investissement dans tes structures et ton matériel, pourquoi ?

Pour suivre le haut niveau actuel il est primordial d’avoir une structure la plus confortable possible  pour le cavalier et pour les chevaux. Si on veut qu’il gagne et qu’il nous donne le meilleur, il faut qu’il se sente le mieux possible, c’est un respect du cheval. Les conditions doivent être optimales pour l’animal et son évolution.

C’est pour ça que l’on a choisi du sable de Fontainebleau pour la carrière avec un système d’arrosage performant et que l’on a entre autres installé le marcheur.

Dans ce même souci du confort de tes chevaux, quels sont les éléments que tu prends en compte lorsque tu choisis d’engager sur un concours ?

Le terrain est vraiment le premier élément que l’on prend en considération, Roxanne par exemple n’apprécie pas forcément les parcours sur herbe.  Le plus important est de préserver les chevaux et de ne pas les mettre en danger.

Bien sur les gains mis en jeu entrent en ligne de compte ainsi que la valeur et le prestige du concours.

Quel rôle joue l’alimentation dans la préparation physique de tes chevaux ?

Mes chevaux sont suivis par un nutritionniste qui analyse le rapport entre leur poids et leur forme pour me permettre de les placer dans les meilleures conditions possibles.

Ils reçoivent un mélange floconné et bien sur des compléments alimentaires.

Quels sont tes échéances et objectifs pour la nouvelle saison ?

Je vais continuer à emmener des chevaux sur des CSI** et m’engager plus régulièrement sur des CSI*** à l’étranger avec Roxanne, « à terme le but est de concourir dans les 4 et 5 étoiles ». Je développe en parallèle mon piquet de chevaux pour assurer la relève de Roxanne.

L’objectif est d’améliorer la qualité des chevaux et du matériel en continuant à développer et moderniser les infrastructures des Ecuries Oze Stables et d’attirer de nouveaux clients.

Diapositive1

IMG_1181

IMG_1118

IMG_1129

IMG_1122

IMG_1182Photos avec sa crack, la belle Roxane des Hayettes

Merci à Jean Baptiste d’avoir pris le temps de répondre à cette interview pour Akhal (et Léontine).

Dessin réalisé par X (khi)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s